Paroisse Saint-Denys de La Chapelle
http://saintdenyslachapelle.fr/Homelie-du-15-aout-pere-Charles-M-P
      Homélie du 15 août (père Charles M.P.)

Homélie du 15 août (père Charles M.P.)

Assomption de la vierge Marie

Le père Charles originaire du Congo a eu la bonté de remplacer le père Arnaud Goma pendant son absence cet été.
Il a en particulier célébré l’eucharistie du samedi 15 août, jour où l’Eglise fête l’assomption de la vierge Marie.
Cet article reprend son homélie.


Chers frères et sœurs, en union avec Marie, Mère de Dieu et notre Mère, nous sommes heureux de chanter avec elle et Élisabeth sa cousine, le Magnificat ; l’action de grâce, traduisant la reconnaissance que les deux femmes, remplies de l’Esprit-Saint, ont exprimé à Dieu, pour toutes les merveilles dont il les a comblées.

Ce jour, nous pouvons dire que c’est l’accomplissement glorieux de la volonté de Dieu sur sa servante : la Vierge Marie. Elle a été élevée dans la gloire de Dieu sans connaître la corruption de sa chair.

Par elle, la mort n’a pas eu raison sur notre humanité ;

car elle est la seule à la suite du Christ à avoir eu ce privilège de la part de Dieu. C’est ce que nous rappelle en d’autres termes l’extrait de cette lettre de Paul aux Corinthiens : « c’est par un homme que vient la résurrection des morts. »

Cette joie et cette reconnaissance de la Vierge nous renvoient aussi à ce qu’elle a ressenti dans son cœur le jour de la crucifixion de son Fils bien-aimé, lorsqu’elle était prostrée au pied de la croix.

Oui, c’est sous le gibet de la croix que Marie a reçu la mission d’être reconnue comme

mère du genre humain.

En effet, lorsque son fils, souffrant et agonisant a eu le courage de dire au disciple qu’il aimait « voici ta mère », et à sa mère « voici ton fils », Marie a été confirmée comme notre mère. Oui, ces paroles nous donnent de comprendre combien la mère et le fils s’aiment et s’aimaient, et combien depuis cet instant, elle aime chaque baptisé. Nous qui sommes devenus par le baptême, frères et sœurs de celui qui nous a offert sa mère,

sommes-nous réellement conscients d’être des frères et sœurs dans le Christ ?

Savons-nous pourquoi, Jésus crucifié n’a pas nommé ce disciple ? Et bien c’est pour nous dire que ce disciple, c’est désormais tous ceux qui croient en lui, tous ceux qui se tournent vers lui. C’est toi, c’est moi, c’est chacun de nous rassemblés. Ce sont tous ceux et toutes celles qui reconnaissent sa mère comme notre mère en son humanité et en sa divinité. C’est bien ce qu’il a dit lui-même, lui le Christ, à celui qui lui annonçait que sa mère et ses frères le cherchaient :

il désigna de la main ses disciples et dit : « voyez, ma mère et mes frères sont ici. C’est toi, c’est moi, c’est chacun de nous ici rassemblés. »

Ce sont tous ceux et toutes celles qui reconnaissent sa Mère comme notre Mère en son humanité et sa divinité. C’est bien ce qu’il a dit de lui-même, lui le Christ, à celui qui lui annonçait que sa mère et ses frères le cherchaient : il désigna de la main ses disciples et dit : « Voyez, ma mère et mes frères sont ici. Car

celui qui fait ce que veut mon Père qui est dans les cieux,

c’est celui-là mon frère, c’est celle-là ma sœur ou ma mère » (Mt 12, 49-50)
C’est pourquoi, chers frères et sœurs, nous avons le droit et même le devoir de célébrer ce jour, la glorification de celle qui, « ayant le soleil pour manteau, la lune sous ses pieds et sur la tête une couronne de douze étoiles » est bien celle qui a porté dans son sein, en tant qu’être humain, le Verbe de Dieu venu en ce monde pour nous sauver et nous a fait devenir, nous aussi, fils et filles de ce même Dieu.

Oui, nous pouvons nous aussi chanter avec elle : « Le Seigneur fit pour moi des merveilles, Saint est son nom. »

Que Marie, la Vierge et notre Mère, continue à intercéder pour toute l’humanité, elle qui, aussi bien que son Fils Jésus notre Seigneur, n’a cessé de manifester sa sollicitude et sa tendresse en ce monde encore en proie à la violence. Qu’elle intercède pour nous et particulièrement pour toutes les victimes des guerres, notamment nos frères et sœurs chrétiens de la Syrie et de l’Irak, du Proche et du Moyen Orient pourchassés de leurs terres natales comme nous le demande le Cardinal André.
Que Notre Dame de l’Espérance continue à protéger ce pays la France, à elle consacrée.
Père Charles M.P.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Saint-Denys de la Chapelle
- 16-18 rue de La Chapelle 75018 Paris
- Messes samedi 18h30, dimanche 11h
- Messes lundi, mercredi, jeudi, vendredi à 12h15
- Office des laudes les lundi 8h30, jeudi et vendredi 7h30
Basilique Sainte-Jeanne d’Arc
- 18 rue de La Chapelle 75018 Paris
Eglise Saint-Pierre Saint-Paul
- 44 rue Charles Hermite 75018 Paris
- Messe à 9h le 1er dimanche du mois
- Office des laudes les mercredis matins à 7h30
(hors vacances scolaires).

mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Lectures du jour

Saint(s) du jour

Diocèse de Paris

Diocèse de Saint-Denis

Fédération protestante de France

Zenit, le monde de Rome

Chemin Neuf